Syagrius

forum dédié à l'alliance Syagrius sur Bahagon
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 un conte oublié

Aller en bas 
AuteurMessage
watervic
membre récent
membre récent


Messages : 108
Date d'inscription : 28/10/2007

MessageSujet: un conte oublié   Mer 7 Nov - 0:54

Nous savons tous que les luxuriantes contrées de Delos fourmillent de royaumes des plus vastes et puissants aux plus insignifiants et saccagés. Dans ce monde que certain qualifierait de cruel s’élèvent maintes histoires des plus rocambolesques, seulement je désir attarder votre attention sur une des plus particulières, qui ne vit maintenant que dans la mémoire d’un seul homme, l’histoire du surnommé Watervic.

Excluant les années paisibles et que l’on pourrait qualifier d’ordinaires ce récit débute dans un petit village constitué de plusieurs huttes et chaumières qui sont l’aboutissement d’un peuple nomade. Ce village que la situation géographique isole des autres grandes ville avoisinante est tout de même convoité pour le minerais abondant qu’on retrouve dans ces sols.

Le jeune homme dont il est question, Vicdorinx de son nom d’origine, vit avec sa grande sœur depuis un tout récent pillage orchestré par une tribu d’orcs qui ont brûlé près de la moitié du village.

Vicdorinx qui avait seulement 15 ans a l’époque, travaillait a reconstruire le grenier, qui avait brûlée lors du raid d’orc, sous un soleil qui lui brûlait le dos. Se relevant pour essuyer une goûte de sueur qui lui perlait sur le front, il aperçut un enfant qui accourait vers lui en criant, le visage marqué par une terreur caractéristique de l’incompréhension de la jeunesse.

Ses cris imperceptibles était ponctués de respirations saccadées dûes à la distance qui séparait le village et la chaumière. A son approche Vicdorinx déposa ses outils et alla à sa rencontre.

Vicdorinx… Vicdorinx…il faut venir au village …au plus vite …une troupe … de grands cavaliers vêtus de blanc… veulent réunir tout les villageois.

Sachant sa sœur déjà au village Vicdorinx suivit le jeune garçon et malgré sa connaissance de tout les moyens possibles pour parcourir la région, il se laissa guider par respect pour l’effort de l’enfant.

A son arrivée au village un bref frisson parcouru l’échine de notre héros en appercevant, malgré la distance, le groupe de villageois encerclé d’une manière peu amicale par de grands cavaliers.
A l’arrivée au village sa salive n’était plus qu’une pâte, de ses mains ruisselait de la sueur tellement son corps pressentait quelque chose.

D’une voix forte un des chevaliers qui avait retiré son haume, laissant voir une peau blanche et des yeux vifs qui trahissaient une excitation, demanda au chef du village.

Est-ce qu’ils sont tous la ?

Oui, mon seigneur. Répondit le chef d’une voix incertaine

Excellent !

En un rugissement de métal contre fourreaux, les cavaliers sortirent leurs épées et entamèrent de couper tout se qui se trouvait a porté.

Le nuage d’effroi qui envahi la poitrine de Vicdorinx fut brûlant de douleur et de panique. Paralysé par la vision de ce carnage et par la surprise que des chevaliers a l’allure si noble s’en prennent a de pauvres villageois ; le choix grandissant entre se sauvée a toute jambe et tenter par une mesure désespérer de venir en aide a sa sœur qui était prise au milieu de la mêlée. L’odeur du sang fraîchement répandue qui parvient a ses narines en une bouffée nauséabonde le réveilla de sa torpeur. Un des guerriers aperçu les deux jeunes villageois en recul et cessa son découpage de têtes pour les prendre en chasse. Le bruit du cheval se rapprochant précédé par les pleurs cristallins de l’enfant qui l’accompagnait lui fit comprendre que face aux évènements seul la fuite, aussi déshonorable soit elle, pouvait les sauver. Il lança un dernier coup d’œil désespéré vers sa sœur qui regardait dans sa direction, et la fraction de seconde ou leurs regards se croisèrent, malgré la distance, le message fut clair : sauve toi et vie. En un bref mouvement, il forçat l’enfant à le suivre dans sa fuite en direction de la grande forêt longeant le village, et qui représentait la seule possibilité d’échapper à un cavalier. La légère avance qu’ils avaient leur permit de pénétrer dans la forêt en premier, leur allure fut nettement ralentie par la densité qui faisait de cette grande étendue de bois un milieu hostile aux humains. D’après les jurons et les bruits d’étriers, le cavalier du descendre de sa monture pour continuer sa chasse. Il était impossible de savoir combien de temps la course dura puisque le mélange émotionnel douloureux qui leur fournissait l’incroyable énergie nécessaire à leurs cadences les empêchait de penser.

Soudainement, ils aboutirent dans une clairière où en son milieu surgissait un monticule de roche blanche, presque translucide sur laquelle coulait sur toute sa surface un mince filet d’eau, le tout entouré d’une étendue d’eau dont la couleur bleu poudre était particulièrement étincelante. Ils arrêtèrent net leur course à la vue d’une grande créature, qui devait mesurer près de 7 pieds avec pour seul vêtement un pagne, était tourné dans leur direction. Le poursuivant émergea de la forêt et resta cloué sur place lui aussi à la vue de la créature.

Un conte oublié
Premiere partie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
un conte oublié
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Manoir Oublié
» Un enfant oublié sur une aire d'autoroute...
» [TERMINE]J'ai oublié d'te demander quelque chose la dernière fois... [Paige]
» Les Mille Marches : Premier Conte "Gangrenâge"
» UN AMI D'UN SOIR (conte pour Halloween)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Syagrius :: Coin Rp :: Rp personnages-
Sauter vers: